Accueil arrow Articles arrow Pôle culturel arrow Cinéma arrow "El Kotbia" de Nawfel Saheb-Ettabaa
"El Kotbia" de Nawfel Saheb-Ettabaa Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 2
FaibleMeilleur 
Pôle culturel - Cinéma
01-01-2009

Par Emna Mrabet 

http://www.jeunestunisiens.com/upl/el_kotbia.gif

Parmi les «jeunes» films tunisiens réalisés ces dix dernières années, on peut retenir un titre El Kotbia et un nom Nawfel Saheb Ettabaa.
Ce film marque tant par sa finesse esthétique que par l’habileté scénaristique rendue par des acteurs aussi sincères que gracieux. Ici point de fioritures; tel un Bergman, le réalisateur condense des moments de vérité à travers la subtilité des silences; silence de la nuit qui enveloppe cette première «rencontre» entre Jamil et Aïcha d’une quinzaine d’années son aînée.

Glissant sur du coton l’évolution se fait à pas feutrés, plan par plan la construction suit un rythme lent; mais non moins interrompu par le tempérament fougueux de Leïla épouse de Tarek qui veut quitter l’appartement familial pour un lieu plus neuf libéré des poids ancestraux de la noblesse et de ses carcans.
Leïla apparaît ainsi comme le personnage rebelle, celle par qui le scandale pourrait arriver. Car dans le milieu de la noblesse, une femme ne chante pas en dehors de la sphère privée et encore moins pour gagner sa vie.

http://www.jeunestunisiens.com/upl/kotbia.jpg

Mais Leïla suivra sa volonté qui lui portera chance puisque le succès est au rendez-vous; cette maison, elle la quittera mais seule.
Ne pourrait-on pas alors voir dans ce conflit opposant Tarek et Leïla l’allégorie d’une jeunesse tunisienne en mal d’identité, perdue entre ses racines et sa soif d’ouverture?
…Mais point de digression, revenons à nos deux tourtereaux et à leur discorde; on pourrait alors se demander si leur amour aura gain de cause, s’il survivra aux contingences de la vie… A côté de cet amour «légitime», naîtra un autre beaucoup plus marginal entre deux êtres pétris par la douleur. Elle –Aïcha- a perdu son premier amour et a été précipitée par sa famille dans un mariage de convenances; lui- Jamil (qu’on a envie d’appeler Malëk tant il porte en lui tous les traits d’un ange déchu) – a vu disparaître sa bien aimée, emportée par la maladie.
Plongés dans la pénombre, les deux protagonistes se reconnaissent, se retrouvent et se révèlent, leurs sentiments voient le jour sous un mince voile de pudeur.
Ainsi une auréole de mystère entoure le personnage de Jamil dont on ne sait pas grand chose jusqu’au soir ou Aïcha – aidée par le pouvoir désinhibant de l’alcool- le pousse à la parole: «Pourquoi es-tu toujours silencieux?»
Vient alors le temps de la confidence et de la révélation des blessures; car il est des blessures qu’aucun temps ne saurait panser et qu’aucune fuite en avant ne pourrait sauver…
Le réalisateur, réussit ainsi le difficile pari de transcender son film en une œuvre universelle.
Il filme avec amour un Tunis actuel et n’hésite pas à dépeindre par petites touches les travers de ses contemporains; impressionnisme mêlant noblesse et subtilité.
Chaque séquence est construite et étudiée, chaque syllabe est à sa place œuvrant dans un seul but: explorer les tréfonds, les contradictions et les abysses de l’âme.
Et cette voix d’outre ciel, celle d’un autre ange déchu Ismahan qui fait s’ériger l’espace de l’action «El Kotbia» en un lieu hors temps.
En est témoin ce dernier regard de Jamil vers les escaliers de la librairie que le mouvement de la caméra rend hypnotique tandis que Leïla/ Ismahan entonne

«Qu’il est cruel ce temps qui nous sépare
Toute la vie m’est vaine sans ta présence
Mon cœur saigne de ton amour
Et n’a plus que les larmes pour dernier recours»

S’ensuit alors le retour à la case des départs: l’Avenue Habib Bourguiba.
Cette «Kotbia» et cette furtive et non moins intense histoire d’amour ont-ils vraiment existé ou sont-ils le pur fruit fantasmagorique de son imagination?
Jamil repart -vers ses racines cette fois-ci- nous laissant suspendu flottant dans des sphères si rares, celles de la grâce et de la magie.


Note:
"El Kotbia" signifie la librairie  

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

< Précédent   Suivant >
 

Nos Actions

Festival du Film Tunisien 	A Paris - édition 2011Festival du Film Tunisien A Paris - édition 2011
Du 25 au 27 novembre le Festival du Film Tunisien (FFT) revient après un...
Lire plus ...
Yallah Film Festival Yallah Film Festival
L'association Jeunes Tunisiens est partenaire du tout premier festival de co...
Lire plus ...
Sarkha - Nouveau cirque tunisien / du 17 Juin au 2 Juillet sur l'Ile Seguin - Boulogne Billancourt !Sarkha - Nouveau cirque tunisien / du 17 Juin au 2 Juillet sur l'Ile Seguin - Boulogne Billancourt !
L'association Jeunes Tunisiens, Balagan International et l'Ecole Nationa...
Lire plus ...
CONCERT CONCERT "LIBERTÉS" - 16 AVRIL 2011 AU DIVAN DU MONDE
FIN DES PRÉVENTES, VEUILLEZ VOUS PRÉSENTER DIRECTEMENT AU DIVAN DU...
Lire plus ...
Rejoindre Le groupe JeunesTunisiens sur Facebook

Pôle économique

"Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années à venir, un essor considérable". Ce pronostic, récemment formulé par un dirigeant de la Banque Mondiale, n'est pas la résultante d'une lecture de marc de café, mais s'appuie sur des arguments étayés.


Pôle culturel

Sur un mur de l’avenue de France, dans le centre de Tunis, des manifestants ont tagué : « Tunisie, démocratie, liberté, laïcité » et juste à côté : « Merci Facebook ». A l’autre bout de la ville, dans un café près du lac de Tunis, une trentaine de facebookeurs, blogueurs et autres twitteurs se sont donné rendez-vous. Moins de deux semaines après la chute de Ben Ali, ils sont venus pour créer une association contre les nouvelles formes de censure.

 

Pôle recherche

1. Assurance et innovation : la fin du prêt à porter

La révolution télématique annoncée il y a près de vingt ans par le rapport Minc s'est déjà réalisée. La combinaison de l'informatique et des télécommunications bouleverse les structures. Les biens n'ont plus de frontières et les usines même se délocalisent

Sites Partenaires

 Tunisie sur Seine  Festival du Film Tunisien à Paris   Festival du Film Tunisien El BlogThéâtre TunisienCinéma Tunisien